5 sept. 2014

#artistproblems: travailler hors de la zone de confort

 Comme tous les mois de septembre on recommence une nouvelle année. Et cette année je suis particulièrement stressée, je suis hors de ma zone de confort niveau boulot.
Pendant longtemps on me connaissais pour mes images autour du rock, comme ICI

C'est ce qui a fait un peu connaître mon travail c'est ma participation à Rock&Folk et/ou les Enfers Du Rock avec Philippe Manoeuvre, la couverture de King Kong Théorie de Virginie Despentes aussi... On venait me chercher pour ça et on vient encore pour ça. 

J'étais entrée dans une zone de confort tout à fait appréciable. Une sorte de routine. Et puis il y a eu plusieurs éléments qui ont fait basculer les choses.

D'abord il y a deux ans j'ai bien cru que mon heure était arrivée. Encore aujourd'hui je ne suis pas remise des exercices dangereux de mon coeur en carton. A chaque tressautement, troubles du rythme ( et Dieu sait que j'en ai ) je retourne deux ans en arrière avec angoisse. Bref, un espèce de cercle vicieux post-trauma. Oui je sais je devrais consulter un psy...

A cette époque j'ai commencé à réaliser que peut être j'avais envie d'être autre chose que juste une fille qui fait des portraits rock ou burlesques. J'aime beaucoup ça, mais moi j'étais ou là dedans ?
      En revoyant des vieux boulots de il y a presque 20 ans, une série d'ex-voto que j'avais fait pour la fac mais aussi le livre qu'avait édité Bongoût, des tableaux je me suis dit que là, même si c'était moins maitrisé, un peu gauche j'étais vraiment dedans. Je ne faisais pas de concessions. Je faisais ce qui me plaisait. J'étais pas pro, j'étais à l'orée de la forêt.

Mais faire ce qui nous plait au plus profond de nous ce n'est pas facile. C'est donner un morceau intime de nous. En tout cas je le vois comme ça. C'est difficile de faire sauter les verrous.

J'ai commencé à réfléchir à ça... Et puis  j'ai enchainé les clients relous. Vraiment relous, hein... Ceux qui vous font retoucher 10000 fois l'image comme si vous deviez deviner ce qu'ils veulent alors qu'eux même ne le savent pas. J'ai beau tirer les cartes, là c'est hors de mes compétences.

Et puis il y a les clients que tu quittes parce que aprés 7/8 ans de bons et loyaux services ( comprendre loooongues corrections ) pour les satisfaire, tu demandes une petite augmentation et on t'envoie sur les roses. Non, parce que l'illustrateur c'est toujours la dernière roue de la charrette, même si ta com' entière est basée sur l'image hein.... Le meilleur argument que j'ai eu: on fait ça ( des soirées) comme un hobby, comprends: donc toi aussi fais ton illustration comme un hobby.

Depuis j'ai fait une FAQ que j'espére claire et qui est l'équivalent de conditions de vente. Je dois limiter mon stress a dit la cardio, j'obéis.

Bref après tout ça, je me suis dit que décidément il fallait envisager de travailler autrement. J'ai négocier ce virage avec le plus de douceur possible.

D'abord on je me suis remise à la gravure que j'avais abandonnée depuis un moment juste par flemme de ranger tout le monceau de trucs sur la presse. C'est aussi bête que ça !! J'ai racheté des gouges, du matos et hop, roule poulette. Fred m'a rejoint dans l'aventure. Au bout d'un moment on a créé un espace commun virtuel et réel: L'atelier DUO DESORDRE et depuis cette année on a notre atelier itinérant de gravure, La Droukus.

 La gravure m'a donné vraiment envie de revenir à des choses plus perso. C'est la gravure qui commencé à faire sauter les verrous. Tu penses l'image autrement. J'ai repris le croquis aussi, je me suis astreinte a participer à Sketch dailies de temps à autre sur twitter pour délier ma main. Il fallait que j'abandonne ma zone de confort. Il le fallait pour moi.
J'ai revu ce que je faisais il y a longtemps, j'ai retrouvé une grande toile de cette époque dans l'atelier. Des choses qui m'ont motivée. J'aurai du la prendre en photo. C'est dans cet esprit là:

J'ai cherché pendant un moment. C'est pas simple de revenir à une chose sans y revenir vraiment. On a changé, je me suis adoucie par exemple, je n'ai plus cette rage un peu ado d'il y a presque 20 ans. Il a fallu que je me débarrasse aussi de mes craintes de perdre du monde en route, de ne plus forcément plaire à mes suiveurs habituels. Je ne savais pas non plus comment faire pour ne pas mélanger les genres: les commandes et mes recherches perso. D'un côté ou de l'autre ça entrainait une mauvaise compréhension de mon travail.

La solution c'est Duo Désordre qui me l'a donné, j'ai TOUT enlevé de mon site pour ne garder que mes travaux perso/ récents et j'ai tout mis chez DD ( site qu'il faut que je finisse de monter d'ailleurs) . Il y a l'entité DD avec nos boulot à Fred et moi ( les gravure mais aussi nos boulots de commandes: illustrations pour moi, photos pour Fred) qui est comme une sorte d'agence totalement virtuelle et ici ou je ne mets que des choses vraiment perso, même si je relaie les infos DD.

J'avais besoin de faire une sorte de vide, de ménage. J'ai aussi commencé mon TAROT, que pour une fois j'espère finir. Si vous regardez bien les cartes depuis le début vous verrez une évolution.

Aujourd'hui je prépare l'expo Bleed Us A king et ça faisait longtemps je n'aivais pas eu une vraie cohérence dans mes boulots. Et j'ai fait sauté pas mal de verrous pour sortir de ma zone de confort. J'ai encore un peu un pied dedans mais ça avance. Le résultat me plait.

Par contre, oui, je stresse parce que je ne sais pas à quelle réception m'attendre. C'est flou pour le moment, comme ma vue le matin. Mais j'avais envie de me faire plaisir. J'adorerai qu'on m'appelle pour des illustrations dans cet esprit là... vraiment. Pour le moment on me contacte toujours pour mon ancien moi j'allais dire. Pour mon boulot "classique" pour résumer. J'exécute, je sais faire,  donc ça ne pose pas de problème. Et puis Duo Désordre et son atelier itinérant ça commence à rouler ( c'est le cas de le dire pour une caravane) de ce côté là je commence à être rassurée.

Mes prochains buts sont:

- de continuer dans cette voie même si je ne sais pas ou ça me mène. Et que je n'aime pas ça. Il va falloir que je passe au-dessus de ça.

- de m'habituer à elle en en faisant ma nouvelle zone de confort, c'est à dire en y croyant comme j'ai cru à mes illustrations rocks. Mais le trucs c'est que celles là, elles étaient plus détachées de moi. La distance m'aidait à en parler avec moins de pudeur. Maintenant, j'entre dans l'intime, même si ça n'est pas forcément clair pour vous, je le conçois.

- comment en parler,pour l'instant je ne sais pas vraiment qualifier ma nouvelle route. J'ai pas le mode d'emploi. J'ai n'en ai pas l'envie non plus. J'ai été " goth'n'roll " pendant des années. Maintenant je suis moi, c'est déjà pas mal.

Conclusion:

Au moins écrire ça, me permet de mettre à plat les choses. C'est pas plus mal. De temps en temps il faut s'y coller.
Vous avez compris: si vous aimez mes boulots " classiques" c'est chez Duo Désordre qu'il sont et seront.  Si vous aimez mes travaux récents c'est et ce sera ici. Si vous aimez les deux, GREAT ! suivez les deux blogs.